Menu

Gilles Devindilis :

Son site internet : ici.

Son avis sur Bob Morane :

LE CINQUIEME TITRE DES NOUVELLES AVENTURES DE BOB MORANE « LA CITE HORS DU TEMPS » est disponible. Ce roman est un « double » puisqu’il compte plus de 250 pages. C’est une aventure contemporaine, de la collection « XXIème siècle ».

Je reviens de Bruxelles où, avec l’Editeur Ananké, nous avons ajusté la ligne éditoriale de Bob Morane en tenant compte du succès et du nouvel intérêt que rencontrent les nouvelles aventures de Bob Morane aujourd’hui. Voici ce qu’il en ressort, avec la complicité et la collaboration de Brice Tarvel, dans la collection de Bob Morane :

Pour la cohérence de la collection, les aventures inédites de Bob Morane en romans deviennent « Les nouvelles aventures de Bob Morane ». Brice incorpore donc les « Nouvelles Aventures de Bob Morane », ceci, en « vintage » comme en XXIème siècle, de la même façon que Devindilis. Nous nous partagerons le travail afin de fournir au moins 5 inédits / an.

Pour la cohérence également, nous travaillerons » plume dans la plume » si je puis dire, pour fournir des textes d’un même style, proche de celui d’H Vernes. A l’instar des « faiseurs d’oasis », il y aura sans doute plus de « maturité » dans le personnage de Bob Morane et des autres acteurs de la saga… sans dénaturation des personnages, évidement, pour être le plus possible fidèles à l’oeuvre. Avant toute publication de l’un de nos inédits, Brice ou moi lirons, corrigerons et ajusterons nos textes ensemble pour éviter les incohérences. Ce sera un véritable travail de binôme et d’équipe.

Le seul Bob Morane « vintage » est donc le Bob Morane du XXIème siècle qui a été dupliqué. C’est un Bob Morane « actuel » qui revit des aventures « vintage ». Il serait incohérent et inutile de remettre en scène un Bob Morane du passé, Henri Vernes l’ayant admirablement fait jadis. Là, ça serait de la « pure copie ».

Le programme prévoit 3 ou 4 romans inédits / an de ma part et 1 ou 2/an de Brice. Brice écrira en principe aussi 1 à 2 nouvelles /an selon l’exigence de l’Editeur. D’autres auteurs devraient également participer à l’écriture de nouvelles : C Corthouts, par exemple, selon possibilités et disponibilités…

Voilà pour les infos. Maintenant, y’a plus qu’à… Bien à vous

Bon, j’ai déjà passé beaucoup de temps à présenter le concept de « Duplication », mais après tout, je pense que le jeu en vaut la chandelle, raison pour laquelle j’apporte aujourd’hui quelques précisions supplémentaires. Et l’arrivée de Brice pour me donner un coup de main le nécessite aussi.

Au sujet de Brice justement, la raison pour laquelle son coup de main sera appréciable est la suivante : les aventures de Bob Morane ont, à quelques exceptions près, toujours été écrites en 150 pages. Aujourd’hui, c’est le grand format qui a été adopté par l’éditeur. D’un point de vue esthétique, mieux vaut avoir des bouquins plus épais. Décision a donc été prise de passer à 200 pages. Cela nécessite de rallonger les aventures d’une cinquantaine de pages, ce qui, à mon sens, n’est pas un mauvais choix pour le lecteur, bien au contraire, il en a plus à lire. Mais ça implique plus de travail pour l’auteur. Ma cadence d’écriture étant, en temps normal, d’un roman tous les trois ou quatre mois, comme j’avais pour mission d’écrire le « vintage » et le » XXIème siècle » en alternance, il se serait écoulé un minimum de 6 mois entre deux aventures d’un même type ( 2 « vintage » ou 2 « XXIiè siècle » ). Beaucoup trop long… L’arrivée de Brice permet de réduire ce délai en intercalant ses romans. C’est tout à l’avantage des lecteurs. Et voilà aussi pourquoi Brice est en train de « potasser » le concept de Duplication.

Quelques précisions supplémentaires, donc, sur ce concept de « Duplication ».

Sur sa nécessité :

Les aventures de Bob Morane ont connu un énorme succès sous Marabout. En gros, durant 25 ans. Puis arrive la faillite des éditions Marabout… Bob Morane, après quelques années de mise en sommeil, réapparait chez de nouveaux éditeurs. De gros éditeurs… Mais force est de constater que l’expérience ne dure jamais longtemps. Quelques gros éditeurs se succèdent puis, de plus modestes. Et on arrive ainsi aux années 2000 et au début des années 2010. Ne débattons pas sur les causes de ces successions d’éditeurs, ni sur leurs succès ou insuccès… Mais un constat s’impose : les tirages ont fortement chuté pour aboutir à une peau de chagrin. Le lectorat s’est également sérieusement essoufflé ainsi que l’intérêt pour Bob Morane. Dans les années 2000, plus grand monde ne se bouscule au portillon pour prendre en charge les aventures de Bob Morane. Le constat est un peu différent pour la BD, mais le résultat est quasi le même en ce qui concerne l’épuisement des ventes. D’où la décision du Lombard de procéder à un reboot complet, voire radical, en mettant Bob Morane dans les mains d’une nouvelle équipe de scénaristes et de dessinateurs.

Cette décision s’imposait également pour les romans. Il fallait apporter quelque chose de neuf pour relancer l’intérêt vis à vis des aventures de Bob Morane. Après tout, au bout de 60 ans d’existence, il était presque logique d’assister à une usure du lectorat. Et Bob Morane ne pouvait plus continuellement survivre que par de sempiternelles rééditions ou un inédit par-ci par-là entouré d’un paquet de nouvelles… Il fallait un projet. Alors ? Un reboot aussi radical qu’en BD et faire table rase des 60 années d’aventures passées ? Personnellement, en tant que fidèle lecteur du héros et de son créateur, il m’était impossible d’envisager une telle solution. Pas question non plus de ne pas aller chercher de nouveaux lecteurs en n’écrivant que pour les anciens. Voilà ce qui m’a amené à réfléchir et à proposer le concept de la « Duplication » de Bob Morane.

Ce concept impose certains principes pour qu’il soit cohérent :

– Bob Morane est dupliqué en 2012 à l’âge que lui a toujours laissé H Vernes, c’est à dire 33/35 ans. Un rapide calcul montre qu’il est donc né à la fin des années 70.

– A la fin de Duplication, il existe 2 Bob Morane, âgés donc de 33/35 ans, rigoureusement identiques. L’un continue à vivre des aventures au XXIè siècle ; l’autre est plongé dans le passé d’un univers parallèle, très proche de son univers d’origine, en 1953. Cet artifice, ce « truc », d’un retour dans le passé, permet à Bob Morane de vivre de nouvelles aventures « vintage ». Mais ce Bob Morane là est un Bob Morane « moderne », issu du XXIè siècle. On a donc toujours bien affaire à un héros qui conserve sa modernité.

Et ceci est très important pour les nouveaux lecteurs, nettement plus jeunes que nous, les anciens, parce que ça reste totalement cohérent. Ils comprennent que le héros, Bob Morane, est issu de leur monde, celui du XXIè siècle, et non pas un personnage « ringard ». Pour nous, les anciens ( ceux qui désiraient voir Bob Morane revivre des aventures « vintage » ) le décor des années 50 nous permet de retrouver le Bob de notre jeunesse. Le concept de Duplication permet de faire d’une pierre deux coups.

Restait un problème : le passé du Bob Morane que nous, les anciens lecteurs, avons toujours connu, avec toutes les aventures qu’il a vécues depuis décembre 53, date de sortie de la Vallée infernale… Et un passé de pilote de chasse dans la RAF. En tant qu’ancien lecteur, attaché au héros, je ne voulais pas me débarrasser de ce passé de « Flyer commander ». J’ai donc utilisé un stratagème en utilisant Ming. Ce passé militaire, Ming l’a incorporé dans la mémoire du Bob Morane dupliqué qui se retrouve dans les années 50. ( Ming n’a-t-il fait que cela, d’ailleurs ? Hé Hé, grande question… Mais je ne vais pas tout vous dévoiler… )

H Vernes écrivait un Bob Morane à la fois, mois après mois, année après année, en faisant rarement allusion aux romans précédents. Il n’y avait guère que les personnages récurrents pour faire le lien avec le passé. ( Ming, Orgonetz, Ylang Ylang… etc ). En tant qu’ancien lecteur, je sais pertinemment que Bob a vécu toutes sortes d’aventures sous la plume d’H Vernes depuis 1953. Ces aventures, je les conserve dans un coin de ma mémoire, mais je n’en tiens pas compte pour les nouvelles aventures à partir de « Duplication ». Parce que ça serait incohérent que d’y faire allusion. Par contre, j’avais envie de replacer certains acteurs comme Archibald Baywatter ou Gains… Le Bob Morane dupliqué les rencontre de nouveau mais ils sont beaucoup plus jeunes. Si on est puriste, il y a là quelques petites incohérences au niveau de leur âge… mais bon… je demande aux anciens lecteurs d’en faire abstraction.

Voilà donc le concept de Duplication mit sur pied. Pour que cela soit clair et cohérent dans l’esprit des lecteurs, j’avais besoin de plusieurs romans pour faire la transition entre « l’avant Duplication » et « l’après Duplication ». Puisqu’il s ‘agit malgré tout d’un reboot. J’ai donc choisi de planifier cela sur 5 romans : Duplication, Le Sanctuaire des Arrowukas, Alerte à Londres, Les Faiseurs d’oasis, et La cité hors du temps. Ces romans peuvent être considérés comme des romans de transition. Les « Faiseurs d’oasis » installe Bob Morane dans sa nouvelle vie « vintage » ; « La cité hors du temps » permettra de retrouver le Bob Morane d’origine, au XXIè siècle. Comme ces romans sont un peu des romans de transition, ils n’ont pas tout à fait l’écriture des romans normaux. D’ailleurs, à ce sujet, dans « La cité hors du temps », j’ai placé les « caméras » et les « micros » là où ils ont rarement été placés…

A la suite des « Faiseurs d’oasis » et de « La cité hors du temps » donc, les nouvelles aventures de Bob Morane se poursuivront avec une écriture, un style, une action, encore plus fidèles à ceux utilisés par H Vernes. En y développant, toutefois, une certaine maturité des personnages plus en phase avec le monde d’aujourd’hui. Ce sera le travail partagé de Brice Tarvel et moi.

Pour finir, est-ce que le concept de « Duplication de Bob Morane » est une bonne idée ? Tout ce que je peux dire, c’est que distribuer les 1000 exemplaires d’un premier tirage en un mois ( cf Les Faiseurs d’oasis ) et de se placer en 5ème position sur 100 dans un classement littéraire d’une grande chaîne de librairies, ça faisait un certain temps que ça n’était pas arrivé. Alors, les espoirs sont plus que permis. En principe, il devrait y avoir un petit bandeau dans un coin de la couverture précisant s’il s’agit d’un roman « vintage » ( donc avec le Bob dupliqué ) ou d’un roman « XXIème siècle » ( donc avec le Bob Morane d’origine )

Voilà. Gilles Devindilis.